Sursaut BnF

Blog des élus de la liste FSU et non-syndiqués au Conseil scientifique de la BnF

Archives Mensuelles: mars 2013

La Bibliothèque de la Cité des Sciences et de l’Industrie : réduite bientôt à un Learning center ?

Très forte inquiétude des salariés de la BSI qui s’alarment d’un projet très réducteur signant la fin de la bibliothèque de vulgarisation scientifique et technique d’envergure nationale.

Nous produisons ici la lettre des personnels de la Bibliothèque de la Cité des Sciences et de l’Industrie envoyée à Aurélie Filippetti le 19 février 2013.

lettre BSI Ministere

Pétition ici : http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2013N37101

Inquiétudes des élus du personnel sur l’avenir des langues orientales à la BnF

Les représentants du personnel siégeant au Conseil scientifique de la BnF avaient obtenu d’inscrire cette question de l’avenir des langues orientales à la BnF à l’ordre du jour de la séance du 5 mars 2013, à l’occasion du rattachement annoncé  du Service des langues orientales (SLO) au Service des littératures étrangères (SLE).

Lire ici la déclaration des élus du personnel suite à la présentation officielle du directeur du Département Littérature et art, auquel appartiennent ces deux services.

 

Déclaration intersyndicale des représentants du personnel au Conseil scientifique du 5 mars 2013 concernant les deux accords de numérisation signés le 15 janvier 2013

Dès l’annonce du financement de la numérisation du patrimoine par le Grand Emprunt en 2009 et la création de la filiale BnF-Partenariats, nous avions émis d’importantes réserves sur la possibilité d’accords de numérisation avec des partenaires privés, soulignant d’emblée les risques de confiscation du patrimoine public qu’ils pouvaient comporter. Ces craintes se sont vues gravement confirmées par la signature, le 15 janvier dernier, de deux accords de numérisation, l’un avec la société Proquest, l’autre avec Believe Digital Memnon Archiving Services. Nous estimons, en effet, que les restrictions d’accès qu’ils impliquent et l’exclusivité de dix ans concédée à ces entreprises entrent en totale contradiction avec les missions essentielles de notre établissement.  En particulier, le fait que des œuvres appartenant de plein droit au domaine public puissent être revendues, sur des bases commerciales, à d’autres établissements publics, constituent, de notre point de vue, un changement d’orientation fondamental susceptible d’altérer jusqu’à la nature même de la BnF. En tant que grand établissement national et public de la culture, celle-ci a pour premier devoir de garantir à tous un accès égal au patrimoine qu’elle a pour mission de conserver, enrichir et diffuser le plus largement possible sur tout le territoire et même au-delà, sa vocation étant plus que jamais universelle. Tous les documents libres de droits appartenant aux collections de la BnF doivent être directement numérisés dans Gallica, sans détournement possible vers quelque intérêt privé que ce soit, et pouvoir être consultés librement de partout et sans restriction d’aucune sorte !

Les élus du personnel au Conseil scientifique de la BnF (CFDT, CGT, FSU)

%d blogueurs aiment cette page :