Sursaut BnF

Blog des élus de la liste FSU et non-syndiqués au Conseil scientifique de la BnF

L’électronique, c’est chic … normalement

« There is no reading record ! »

Quelle ne fut pas notre étrange découverte, il y a quelques mois, à la consultation d’une des tablettes de lecture du Labo BnF !

Avide de tester, comparer les nouvelles liseuses numériques dont nous guettions avidemment la sortie – les premiers modèles manipulés il y a quelques années au Salon du Livre bien que séduisants n’allaient pas au bout des potentialités espérées – nous avons fait une bien vilaine découverte : aucun livre consultable sur une des tablettes manipulées ! Derrière la rubrique « Books » : ces cinq malheureux mots « There is not reading record ! » Avec comme ultime provocation un point d’exclamation victorieux. De quoi faire manger du Prozac à des générations de lecteurs et de bibliothécaires ! Et là, malheur du sort ou du calendrier, pas de divan ou de canapé, glorieux mobilier étendard de la Réforme du Haut-de-jardin, pour se remettre un peu de cette déconcertante déconvenue !

 

Un incident plus que significatif malheureusement

Ce petit incident n’aurait finalement pas été si grave s’il ne résumait pas les errements de la BnF relatifs aux questions  d’articulation de la documentation électronique et de la documentation imprimée. Effectivement, aujourd’hui ne pas prendre en compte l’émergence de nouveaux supports et de nouvelles pratiques de lecture serait une très grave erreur pour notre établissement. Nous pensons pour autant que la technique doit se mettre au service des contenus et des lecteurs, non l’inverse. Une accumulation de gadgets high-tech, par définition vite périssables, ne peut pas se substituer à une véritable bibliothèque.

Aujourd’hui qui sait combien d’abonnements électroniques à des revues ou des bases de données, payés très cher par la BnF, se sont pas consultables faute d’une structuration solide d’un service dédié ? Quel lecteur n’a pas rencontré des problèmes d’accès à des bases de données, pourtant opérationnelles sur le papier ? Qui n’a jamais eu de souci d’impression d’un article capital pour ses recherches ?

Nous estimons aussi que la réflexion doit être menée dans une logique de complémentarité et non de concurrence. La direction des collections de la BnF projette de supprimer des milliers d’ouvrages imprimés des rayonnages de la bibliothèque du Haut-de-jardin en prétextant parmi d’autres raisons (« aérer les salles », « faciliter les déambulations », installer des canapés …) que la documentation électronique prendra le relais. C’est oublier qu’une grande partie de la documentation produite ne possède pas toujours d’équivalent numérique ou que seule une carte bancaire permet d’en délivrer le contenu.

Il est urgent aujourd’hui de réfléchir à l’articulation des supports,  aux changements de modèles organisationnels et aux médiations à mettre en place afin de faciliter l’accès à tous types de documents – qu’ils soient imprimés ou numériques – dans une logique concertée et pensée… bref une logique normalement au cœur de nos métiers !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :