Sursaut BnF

Blog des élus de la liste FSU et non-syndiqués au Conseil scientifique de la BnF

Réforme du Haut-de-jardin : chronique d’un massacre à la tronçonneuse … silencieuse

C’est une élimination silencieuse. Non médiatisée, malheureusement. Des dizaines de milliers de livres disparaîtront bientôt de la Bibliothèque d’étude de la BnF. Beaucoup d’ouvrages sont déjà partis pour le « pilon », un mot coquet pour désigner la poubelle. La réduction des collections a déjà commencé, elle se poursuit, très souvent dans le silence.

Vue d'une des salles du Haut-de-jardin qui commence à être "écrêtée"

Bientôt l’établissement n’offrira à ses lecteurs qu’une offre plus que maigrichonne car cette élimination massive en cours dans les rayons, cet « écrétage » pour reprendre un terme du projet cher à  la direction des collections, s’accompagne d’une diminution drastique des budgets d’acquisitions pour l’ensemble de la bibliothèque. Par exemple, en ce qui concerne les revues, le budget a été très fortement amputé pour la campagne d’abonnements 2011-2012 (il manque ainsi 16 000 euros au département Littérature et art, 48 000 euros au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme et 71 000 euros au département Droit, économie, politique pour reconduire leurs abonnements), une baisse qui vient s’ajouter aux coupes déjà subies ces dernières années et qui ont déjà réduit la couverture documentaire de la BnF.

Les programmations de désherbage se poursuivent, ainsi peut-on lire dans le compte rendu de la réunion d’encadrement du département Littératures et Art du 7 juillet 2011 que   » D’après le dernier état de la volumétrie des monographies LLA du HdJ, il faudra désherber 15 000 volumes environ pour atteindre la volumétrie cible « .

Coupes documentaires et arbitrage budgétaires difficiles à accepter alors que l’établissement dépense des sommes considérables pour des aménagements d’espace contestables en faisant appel à une armada de cabinets d’architectes programmistes et de designers d’espace (Cf le « flop » du Labo fantôme dans le Hall Est et les 450 000 euros qu’il a coûté).

Quelle nouvelle bibliothèque souhaite donc la direction ? Une coquille vide où l’on pourra méditer tout à loisir sur la « mort du livre », tant et tant annoncée ?

Ou n’est-ce qu’une spéculation  (dans tous les sens du terme !), qui permet, au mépris des pratiques réelles, de justifier d’importantes réductions de budget, de vraies coupes sombres qui mettent nos rayonnages à nu ? Et nos lecteurs dans une situation de dénuement documentaire tout à fait inédite depuis l’ouverture du Haut-de-jardin.

Publicités

Une réponse à “Réforme du Haut-de-jardin : chronique d’un massacre à la tronçonneuse … silencieuse

  1. Pingback: « La BnF, c’est tout bénef ! «  | Bibliothèques en Lutte ! (FSU)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :