Sursaut BnF

Blog des élus de la liste FSU et non-syndiqués au Conseil scientifique de la BnF

Liste FSU et non-syndiqués : histoire d’une naissance

Comment la liste est-elle née ?

La plupart des collègues présents sur la liste ne se connaissaient pas il y a encore quelques mois.

Un premier embryon est né au printemps dernier lors d’une assemblée générale intersyndicale sur la RGPP.

En marge du débat, l’un d’entre nous a demandé l’organisation d’une prochaine assemblée consacrée exclusivement à la « Réforme » du Haut-de-Jardin.

Réponse d’un animateur de section : « Il y a en France d’autres urgences que celle du Haut-de-jardin ». Certes, mais nous, on y travaille  (et avec entrain !), on connaît nos lecteurs, leurs attentes, leurs déceptions aussi, certains d’entre nous se sont même retrouvés il y a quelques années, pas si lointaines, derrière la banque de renseignements bibliographiques, en tant que lecteurs, eh oui! Bien des orientations de la « Réforme » nous semblaient déraisonnables : réduction et nivellement de l’offre documentaire, installation de salles de travail sans documentation, ouverture de centres de ressources arbitraires ne s’appuyant pas sur des attentes du public (« centre d’éthique » par exemple), programmation de gadgets high-tech onéreux et évidés de contenu … La méthodologie de mise en place du projet nous semblait également très contestable : pas de budget de départ, des concertations factices du personnel avec peu de prise en compte des amendements proposés, la non prise en compte d’enquêtes sur le public pourtant commandées à grand frais  …

Nous sommes quelques uns à avoir protesté contre cette mise à l’index du problème … et nous nous sommes trouvés !

Les mois ont passé, notre grogne s’est accentuée, le projet Haut-de-jardin continuait de s’enliser tandis que d’autres dossiers d’importance prenaient une tournure critique, menaçaient les ambitions encyclopédiques et patrimoniales  de la BnF et remettaient en cause le professionnalisme de ses acteurs quotidiens : consolidation du projet d’externalisation du catalogage des acquisitions étrangères, étude de faisabilité de l’externalisation des acquisitions par le biais d’offices confiés à des fournisseurs, étoffement de la cellule Mécenat, risque de googlelisation de la numérisation, etc…

Il était temps d’essayer d’inverser la vapeur et de demander aux collègues de massivement se prononcer contre ces orientations. La liste était née.

Publicités

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :